Apprentissage de la langue basque : l’enjeu du secondaire

Apprentissage de la langue basque : l’enjeu du secondaire
Apprentissage de la langue basque : l’enjeu du secondaire

Primaire : des résultats probants

De fait, sur l’année scolaire 2022-2023, 42,1 % des élèves de primaire (maternelle et élémentaire) bénéficiaient d’un enseignement bilingue (27 %) ou immersif (15,1 %) dans des écoles publiques, privées ou du réseau Seaska. Il y a même en 2023 plus d’élèves en filière bilingue ou immersive que dans l’enseignement 100 % en français en première année de maternelle. « On constate une curiosité autour de la langue basque et, pour les jeunes parents, un vrai intérêt pour l’enseignement en basque, qui commence dès la crèche. Les familles venant d’autres régions sont aussi sensibilisées à l’existence de cette langue, et aux facilités d’apprentissage pour les enfants », confirme Xalbat Itçaina.

Décrochage au collège

Si le basque est bien ancré dans les premières années de scolarité, un décrochage apparaît dans l’enseignement secondaire. Au collège, ils ne sont plus que 23,1 % à suivre un enseignement en bilingue (16,1 %) ou en immersif (7,3 %), auxquels s’ajoutent les 5,1 % d’élèves suivant l’option basque. « Avec l’inquiétude que représente ce passage de l’école au collège, la tentation est d’abandonner le bilingue. Or, pour qu’un élève soit à l’aise dans une langue, il doit aller au moins jusqu’en troisième. Et les élèves qui font le choix du bilingue poursuivent généralement pendant tout le collège », souligne Xalbat Itçaina.

D’où cette campagne sur les réseaux sociaux, lancée en décembre dernier par le Département des Pyrénées-Atlantiques, l’Éducation nationale et l’OPLB. L’objectif ? Mettre en avant tous les atouts du bilinguisme, que proposent 15 collèges publics basques sur 18, et qui repose sur trois heures d’enseignement du basque et un enseignement à parité horaire des matières générales.

En parallèle, l’OPLB se mobilise pour une meilleure reconnaissance du basque au collège autour de deux chantiers, discutés avec l’Éducation nationale : une épreuve de sciences en basque, en plus de l’histoire-géographie et des mathématiques, et la traduction en basque des sujets du brevet. « Le passage des examens en langue basque est un enjeu important de reconnaissance des années que ces jeunes ont consacré à l’apprentissage du basque. C’est pour cela qu’il faut leur laisser ce choix. »

Où et comment apprendre l’occitan

Au cœur du centre-ville de Pau, le collège Calandreta compte cette année une soixantaine d’élèves inscrits en enseignement immersif. Combien seront-ils à poursuivre l’occitan au lycée ? « Parmi nos anciens élèves de troisième de l’an passé, faute d’une offre de formations adaptée, aucun ne suit aujourd’hui un enseignement d’occitan au lycée », regrette la directrice de l’établissement, Chantal Tuheil, soulignant pourtant les nombreux atouts du bilinguisme.
À partir de la seconde, les possibilités d’apprendre la langue d’oc sont en effet restreintes. Le lycée le plus proche proposant l’occitan en immersif se situe à… Montpellier ! Dans les Landes comme dans les Pyrénées-Atlantiques, il n’existe en réalité que deux voies pour apprendre l’occitan au lycée : l’enseignement optionnel ou l’enseignement de spécialité.
Privés et publics confondus, onze établissements proposent l’option occitan en LVB ou LVC : Borda (Dax), Sud des Landes (Saint-Vincent-de-Tyrosse) , Louis-de-Foix (Bayonne), Monod (Lescar), Camus (Mourenx), Paul-Rey (Nay), Supervielle (Oloron-Sainte-Marie), Barthou (Pau), Saint-John-Perse (Pau), Immaculée-Conception (Pau), Le Beau Rameau (Igon). En théorie du moins, en fonction du nombre de candidats. « À défaut, il reste la possibilité de suivre l’option occitan en LVC à distance, via le Cned », suggère Sylvain Blachon, chargé de mission à l’Office public de la langue occitane.
Pour l’enseignement de spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales », le choix est encore plus rapide. Le lycée Jules-Supervielle d’Oloron-Sainte-Marie est l’unique établissement des Landes et des Pyrénées-Atlantiques à proposer la langue d’oc. Et encore, comme pour l’enseignement optionnel, l’ouverture de la spécialité dépend du nombre d’élèves inscrits. Dans le supérieur, l’université de Pau et des pays de l’Adour propose quant à elle des cours d’occitan en option, quel que soit le niveau, ainsi qu’un parcours occitan en licence MIASHS.

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.