Bien gérer le retour de la politique industrielle : la barre est haute

Bien gérer le retour de la politique industrielle : la barre est haute
Bien gérer le retour de la politique industrielle : la barre est haute

Dans l’histoire, les États ont communément eu recours à des interventions
sélectives regroupées sous le nom de

politique industrielle

pour favoriser les industries nationales en renforçant la compétitivité de
leurs entreprises ou en soutenant le développement de certains secteurs.
Tombée en disgrâce il y a des années dans la majeure partie du monde en
raison de sa complexité et de ses avantages incertains, la politique
industrielle n’était plus appliquée que par quelques pays en développement.

Aujourd’hui, il semble que la politique industrielle est partout de retour.
La pandémie, l’accroissement des tensions géopolitiques et la crise
climatique ont fait craindre pour la résilience des chaînes
d’approvisionnement et pour la sécurité économique et nationale et, plus
généralement, pour la capacité des marchés à allouer les ressources de
manière efficace et à faire face à ces préoccupations. Dans ces
circonstances, les États subissent une forte pression pour que la politique
industrielle reprenne du service.

La comparaison des

avantages
 et des

inconvénients
de la politique industrielle est un vieux débat parmi les économistes.
Certes, les mesures en question peuvent contribuer à remédier aux
défaillances du marché ; c’est le cas, par exemple, des interventions en
faveur de la transition climatique. Mais la politique industrielle est
coûteuse et peut conduire à diverses formes de défaillance des pouvoirs
publics, allant de la corruption à la mauvaise affectation des ressources.
Les politiques industrielles peuvent également avoir des effets de
contagion transfrontaliers, en augmentant le risque de représailles de la
part d’autres pays, ce qui finirait par affaiblir le système commercial
multilatéral et aggraver la

fragmentation géoéconomique
. Davantage de données, d’analyse et de concertation sont nécessaires si
l’on veut éviter les erreurs coûteuses.

Dans ce blog, nous analysons le retour de la politique industrielle en nous
intéressant particulièrement à trois questions : les raisons de cette
résurgence, les arbitrages qu’elle suppose et l’action du FMI à ce sujet.

La nouvelle vague

Le FMI s’est récemment uni au groupe

Global Trade Alert
 pour suivre l’évolution de la situation.

Nos dernières

études montrent qu’il y a eu plus de 2 500 interventions de politique
industrielle dans le monde l’année dernière. Plus des deux tiers d’entre
elles ont produit un effet de distorsion sur les échanges commerciaux, en
exerçant probablement une discrimination à l’encontre d’intérêts
commerciaux étrangers. Cette campagne de collecte de données constitue la
première étape vers la compréhension de la nouvelle vague de politiques
industrielles.

La multiplication des mesures de politique industrielle ces derniers temps
est le fait des grandes puissances économiques : la Chine, les États-Unis
et l’Union européenne totalisent près de la moitié de l’ensemble des
interventions en 2023. Les pays avancés semblent avoir été plus actifs que
les pays émergents et les pays en développement. Les données relatives aux
dix dernières années sont moins précises, mais les informations dont on
dispose montrent que le recours aux subventions a toujours été plus répandu
dans les pays émergents, contribuant ainsi au grand nombre de mesures
héritées du passé toujours en place.

Les mesures récentes se concentrent davantage sur la transition écologique
et la sécurité économique, et moins sur la compétitivité. Cette dernière a
néanmoins été l’objectif d’une mesure de politique industrielle sur trois
en 2023, les deux autres étant motivées par l’atténuation des changements
climatiques, la résilience des chaînes d’approvisionnement ou des
considérations de sécurité.

D’un point de vue sectoriel, étonnamment, ce sont les produits à double
usage — militaire et civil — et les technologies de pointe, y compris les
semi-conducteurs et les solutions sobres en carbone ainsi que leurs
composants, tels que les minéraux critiques, qui ont concentré la plus
forte activité de politique industrielle.

La politique industrielle oriente la réaffectation des ressources vers
certaines entreprises, industries ou activités nationales que les forces du
marché ne parviennent pas à promouvoir de manière socialement efficace.
Toutefois, pour produire des avantages économiques nets, ces interventions
doivent être bien conçues, ce qui signifie qu’elles doivent viser à
remédier à des défaillances du marché bien identifiées et se fonder sur des
principes d’amélioration de la concurrence et sur une analyse
coûts–avantages rigoureuse.

Étant donné que la politique industrielle vise à modifier les incitations
pour les entreprises privées, elle implique aussi deux risques : que les
ressources soient mal affectées et que, avec le temps, certaines industries
accaparent le soutien public. La politique industrielle peut également
perturber les échanges commerciaux, les investissements et les flux
financiers, ainsi que les prix sur les marchés mondiaux, ce qui pourrait
avoir des retombées importantes sur les partenaires commerciaux et sur
l’économie mondiale.

Le premier enseignement qui ressort de l’analyse des nouvelles politiques
industrielles par les services du FMI est que la prudence s’impose.

· Les mesures annoncées ou mises en œuvre l’année dernière n’étaient
pas toujours clairement liées à des défaillances du marché. Autrement dit,
dans certains cas, des politiques bien conçues qui visent à améliorer
l’environnement des affaires en général auraient été plus judicieuses que
des interventions étatiques ciblées avec leurs risques inhérents de
mauvaise affectation des ressources et de coût budgétaire élevé.

· Les études des services du FMI apportent des preuves supplémentaires
d’une dynamique de représailles. Les chances que les interventions se
concentrent sur un produit en particulier sont accrues si le produit en
question fait déjà l’objet de mesures chez d’autres partenaires
commerciaux. De fait, les mesures comme les subventions entraînent souvent
des

effets de contagion transfrontaliers
 qui peuvent inciter les autorités d’autres pays à réagir de la même
manière.

· Certains éléments révèlent aussi que la politique industrielle peut
être influencée par des intérêts particuliers.L’analyse montre une
forte corrélation entre le nombre de mesures et des variables d’économie
politique telles que l’imminence d’une élection et l’importance de certains
produits dans le panier d’exportations, laissant entendre que les autorités
favorisent peut-être les entreprises établies.

Le rôle du FMI

Le caractère inédit et l’importance macroéconomique des nouvelles mesures
de politique industrielle en général ont incité les services du FMI à
intensifier leurs travaux dans trois domaines.

  • Dans le cadre de la surveillance bilatérale, les services du FMI se concentrent sur l’évaluation des mesures de politique industrielle capables d’influencer fortement la stabilité intérieure ou extérieure d’un pays ou de générer d’importants effets de contagion transfrontaliers. La portée de l’analyse et des conseils des services dépend du type de politique industrielle et de ses objectifs, ainsi que des informations et des compétences spécifiques disponibles. Deux documents récents du FMI fournissent un cadre conceptuel et des principes directeurs pour le traitement de la politique industrielle dans le cadre des activités de surveillance au FMI, y compris les questions touchant aux échanges commerciaux et la cohérence avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).
  • Enfin, le FMI collabore avec l’OMC pour lancer une concertation multilatérale sur le commerce et la politique industrielle. Une réunion technique sur les politiques de résilience a été organisée en février avec la contribution de plusieurs pays et d’autres organisations internationales. L’objectif est d’approfondir et d’élargir ces travaux dans les prochains mois. Des échanges de ce type peuvent améliorer le partage d’informations sur les mesures adoptées, leur efficacité et leurs retombées, et aider à établir une compréhension commune des problèmes ainsi que des possibilités de solutions coopératives.

— Pour en savoir plus sur le retour de la politique industrielle,écoutez
notre podcast.

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.