C1 de hand: PSG, enfin la bonne année?

C1 de hand: PSG, enfin la bonne année?
C1 de hand: PSG, enfin la bonne année?

Cologne (Allemagne) (AFP) – Au bout d’une saison chaotique débutée avec un effectif remanié, en dents de scie et hachée par les blessures, le PSG se présente en outsider au Final Four de la Ligue des champions de hand, samedi à Cologne. Un costume mieux taillé pour enfin toucher le Graal ?

Publié le : 17/06/2023 – 09:18Modifié le : 17/06/2023 – 09:16

Publicité

« Pourquoi pas, ça ne nous est pas encore arrivé (d’être outsiders) donc on verra. En tout cas nous nous mettons la pression car on a envie d’aller au bout. Comment on est perçu de l’extérieur nous importe peu », a répondu vendredi le capitaine parisien Luka Karabatic.

A la veille d’affronter en demi-finales dans la Lanxess Arena (20.000 places) Kielce (18h00), ses Français (Tournat, Nahi, Kounkoud) entraînés par la légende hispano-soviétique Talant Dujshebaev, finaliste l’an passé.

Le bourreau du club polonais en 2022 (aux tirs au but) est aussi là, le « Barça » de Ludovic Fabregas, Dika Mem et Timothey Nguessan, Melvyn Richardson, double tenant du titre.

Il porte logiquement la pancarte de favori en arrivant en Allemagne, qui plus est invaincu sur la scène européenne (15 victoires et un nul avant d’affronter Magdebourg samedi).

Le PSG avait lui manqué l’an passé le dernier carré de la C1 (élimination en quarts de finale par Kiel), une anomalie depuis son rachat en 2012 par les Qatariens de QSI: il dispute ce week-end son sixième Final Four sur les huit dernières éditions.

Mais il n’a atteint qu’une seule fois la finale, en 2017 (défaite face au Vardar Skopje, entraîné par Raul Gonzalez… actuel coach parisien), l’une de ses nombreuses désillusions dans la quête d’une première Ligue des champions.

Elle s’est toujours refusée à lui avec un effectif cinq étoiles, qui en a perdu deux l’été passé avec les départs de Mikkel Hansen et Nedim Remili (en plus de Benoît Kounkoud et Vincent Gérard).

« Adversité »

Sans eux, le PSG a souffert en début de saison, concédant trois défaites en septembre. Il a aussi connu une brutale rechute début avril, humilié en Coupe de France à Montpellier (33-20).

« Notre pire visage de la saison », selon l’ailier droit espagnol Ferran Solé, auquel a succédé « le meilleur ».

Depuis qu’il a pris l’eau dans l’Hérault, le club de la capitale a en effet plus que refait surface, s’adjugeant un neuvième titre de champion de France d’affilée au forceps en battant ses deux rivaux (Montpellier et Nantes) et passant sans trembler les quarts de finale de la C1, face à Kiel son bourreau de l’an passé.

L'entraîneur du PSG hand Raul Gonzalez lors du match contre le THW Kiel en Allemagne, le 19 mai 2022
L’entraîneur du PSG hand Raul Gonzalez lors du match contre le THW Kiel en Allemagne, le 19 mai 2022 © FRANK MOLTER / AFP/Archives

« Petit à petit, on a grandi en équipe, trouvé les moyens et automatismes dans le jeu pour nous améliorer » a noté le demi-centre néerlandais Luc Steins.

« Le fait d’avoir vécu des moments compliqués cette saison a renforcé le groupe, habitué à être dans l’adversité. On a perdu des matches, été dans le dur à certains moments, mais à chaque fois on a réagi, su se remettre en question » a complété Luka Karabatic.

L’interrogation Prandi

Il sera orphelin ce week-end de son frère Nikola, absent depuis début 2023 en raison d’une phlébite à la jambe droite, énième blessé dans la saison parisienne (Syprzak, Kristopans, Luka Karabatic)

Mais pas le dernier: l’arrière gauche Elohim Prandi, l’un des meilleurs joueurs de la saison, s’est fracturé la main gauche il y a deux semaines contre Nantes.

Elohim Prandi à l'attaque avec le PSG en déplacement à Odense, le 30 novembre 2022
Elohim Prandi à l’attaque avec le PSG en déplacement à Odense, le 30 novembre 2022 © Claus Fisker / Ritzau Scanpix/AFP/Archives

Pas celle avec laquelle il tire mais la blessure est toutefois handicapante, notamment pour se livrer pleinement en défense.

Raul Gonzalez a indiqué qu’il l’utiliserait en fonction des circonstances de match et de son ressenti, alors que Luka Karabatic et les Parisiens se sont « tous préparé mentalement à ce qu’il ne puisse pas être disponible ».

« Mais ça ne change rien à notre objectif, gagner », a ajouté le capitaine d’une équipe qui espère enfin vaincre le signe indien de la C1.

Le programme du Final Four (en heures françaises)

Samedi, demi-finales

(15h15) Magdebourg (GER) – FC Barcelone (ESP)

(18h00) Paris SG – Kielce (POL)

Dimanche

(15h15) Match pour la 3e place

(18h00) Finale

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.