Ces sales habitudes des Français qui énervent les Britanniques

Ces sales habitudes des Français qui énervent les Britanniques
Ces sales habitudes des Français qui énervent les Britanniques

Si râler et gruger la queue est un art bien français, Outre-Manche c’est une autre histoire. Voici sept comportements à éviter lors d’un voyage au Royaume-Uni.

Couper la file d’attente

Ne vous avisez pas de jouer des coudes ou de passer devant quelqu’un. Ici la queue est une sorte de divinité. Un trentenaire londonien en a même fait son fonds de commerce, en monnayant ses services de faiseur de queue !

À découvrir

Se montrer tactile et bruyant

Vous voulez remercier la gentille dame qui vous a indiqué la gare et a fait la moitié du chemin avec vous ? Un simple « thank you very much » suffira. Les Anglais sont peu expansifs, ils ont l’étreinte moins facile que les Américains et la promiscuité les met mal à l’aise. Il en va de même pour le bruit, et les Londoniens ne sont pas friands de contact visuel avec des inconnus.

Critiquer le temps…

Oh non, il pleut ! Oui, il vente aussi. Mais, à en juger par le peu de vêtements de certains habitants par -2°C, ils ne sont pas sensibles aux aléas climatiques. Alors, cessez de vous lamenter (ils n’aiment pas ça) et sachez qu’il n’est pas courant de dire « it’s raining cats and dogs » quand il pleut à torrents, mais « it’s pouring down », ou plus familièrement « it’s pissing it down ».

…ou la température de la bière !

Durant la Seconde Guerre mondiale, les G.I. rêvaient d’une «lager» (fermentation basse) très fraîche et n’appréciaient pas la «cask ale» des Anglais (haute fermentation en fût) servie à 10-12°C. Ainsi naquit le mythe de la bière britannique chaude. En réalité, si vous commandez une lager, elle sera bien entre 4 et 8°C.

Rester dans le passage

Waow, vous n’aviez jamais vu Big Ben avant ! Mais les Londoniens, si, et ils sont pressés ! Les touristes qui avancent à deux à l’heure ou s’arrêtent soudainement au milieu du trottoir pour admirer la vue/faire un selfie les énervent.

Il n’y a rien de plus agaçant qu’une personne bloquant l’escalator. Tom Parsons-Unsplash

Chercher son titre de transport au tout dernier moment

Avant d’entrer dans un bus ou à l’approche d’un portique de métro – particulièrement si vous êtes dans une queue – soyez prêt à valider votre carte/billet pour éviter toute recherche paniquée. Le manque de prévoyance irrite les Britanniques.

Être du mauvais côté des escalators

Il n’y a rien de plus agaçant qu’une personne bloquant l’escalator. Ici, Les règles sont simples : on marche sur la gauche et on se tient à droite (et non pas on se tient à gauche et on pose son sac à droite !)

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.