Édition : des chiens nourris aux steaks et au champagne, bottés… un essai revient sur ces Anglais si singuliers

Édition : des chiens nourris aux steaks et au champagne, bottés… un essai revient sur ces Anglais si singuliers
Édition : des chiens nourris aux steaks et au champagne, bottés… un essai revient sur ces Anglais si singuliers

Il pouvait certes se vêtir d’un costume à carreaux avec une chemise rayée et un nœud papillon à pois, ou recevoir le général américain Eisenhower en robe de chambre et pantoufles armoriées, Winston Churchill reste d’abord le modèle de l’homme d’État qui lance « nous ne nous rendrons…

Il pouvait certes se vêtir d’un costume à carreaux avec une chemise rayée et un nœud papillon à pois, ou recevoir le général américain Eisenhower en robe de chambre et pantoufles armoriées, Winston Churchill reste d’abord le modèle de l’homme d’État qui lance « nous ne nous rendrons jamais » à Hitler et promet aux Anglais « du sang, de la sueur et des larmes. »

Sur le même sujet

L’ancien Premier ministre britannique a bien sûr droit à une place de choix dans le passionnant livre que l’ancien préfet Thierry Coudert consacre aux Anglais excentriques, deux mots qu’on pourrait presque croire synonymes, car c’est quand même sur le royaume insulaire – et l’insularité est évidemment essentielle – qu’on recense le plus de ces personnages hors norme, comme ce lord Edgerton dont les douze chiens étaient chaussés de bottes ou Francis Bolton qui ne portait, été comme hiver, que des vêtements trempés.

Mieux vaut le préciser, ces excentriques provenaient quasiment tous de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie, ne serait-ce que pour des raisons financières, dirait Woody Allen. Il faut quand même une belle fortune pour, tel Jack Mytton, nourrir ses mille chiens de steaks et de champagne.

Leur excentricité ne les empêchait cependant pas, pour certains, d’être profondément patriotes (Churchill bien sûr ou Philip Sassoon, créateur de la Royal Air Force) ou au contraire de trahir leur pays, soit pour le nazisme (Oswald Mosley) soit pour le communisme (Anthony Blunt et Kim Philby). Tous étaient des esthètes au goût particulier et prononcé. Thierry Coudert ne cache rien non plus de leurs mœurs et beaucoup ont largement contribué à la réputation de l’homosexuel britannique, ce que rappelait Virginia Woolf dans une formule lapidaire : « En Angleterre, rien n’est fait pour les femmes, même pas les hommes ».

Sur le même sujet

Il n’est enfin pas anodin que ce livre soit signé d’un Français car la plupart des excentriques adoraient la France qui le leur rendait souvent bien. Un peu comme Churchill et de Gaulle.

« Anglais excentriques », de Thierry Coudert, éd. Tallandier, 336 p., 22,50 €, ebook 15, 99 €.

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.