Frans de Waal : « Nous sommes des singes bipolaires »

Frans de Waal : "Nous sommes des singes bipolaires"
Frans de Waal : "Nous sommes des singes bipolaires"

Frans de Waal est mort à 75 ans le 16 mars 2024 aux Etats-Unis. En 2006, le primatologue néerlandais avait accordé à Sciences et Avenir un long entretien que nous reproduisons ici.

HOMMAGE. Avides de pouvoir et brutaux, comme des chimpanzés, mais aussi compatissants et érotiques, comme des bonobos : l’ambivalence des humains réside tout entière dans leur nature primate, affirme le primatologue Frans de Waal dans cet entretien qu’il nous avait accordé en octobre 2006, dans le n°716 de Sciences et Avenir. Pour vous proposons de retrouver ici ce texte en intégralité, en hommage au scientifique décédé le 16 mars 2024 à l’âge de 75 ans.

« Les voies du succès sont multiples »

Sciences et Avenir : Vous avez décrit les relations très politiques qu’entretiennent les singes, leurs liens mère-enfant, leur empathie ou leur vie sexuelle. Dans « le Singe en nous », vous prétendez éclairer la psychologie humaine. Est-ce vraiment pertinent ?

Frans de Waal : Comme beaucoup de primatologues aux Etats-Unis, je travaille dans un département de psychologie ? celui de l’université Emory, à Atlanta. J’ai donc l’habitude de parler du comportement humain avec mes collègues. En Europe, la recherche s’est focalisée sur la biologie moléculaire, si bien que les spécialistes des primates y disparaîtront peut-être avant même leur sujet d’étude ! Il y a un continuum mental entre les singes et nous. Pour examiner la place de notre espèce dans la nature, appréhender le comportement de nos ancêtres, l’observation de nos cousins est donc précieuse. Selon les généticiens et les paléontologues, les plus proches de nous sont les chimpanzés et les bonobos. Sans qu’il soit possible d’ailleurs, en l’état, de départager les uns ou les autres.

Lire aussiVIDEOS. Entretiens avec le primatologue Frans de Waal

Justement, l’animal en nous serait, selon vous, meilleur que nous ne le pensions ?

Curieusement, les humains ne sont enclins à se reconnaître que dans les chimpanzés, réputés pour leur quête agressive du pouvoir et du sexe. Comme si nous étions incapables de voir l’autre face de notre animalité, la face « bonobos ». La sympathie et l’empathie, prédominantes chez eux – de joyeux lurons à[…]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.