L’Europe finit en hausse malgré des indicateurs contrastés et des tensions sur les banques

L'Europe finit en hausse malgré des indicateurs contrastés et des tensions sur les banques
L'Europe finit en hausse malgré des indicateurs contrastés et des tensions sur les banques

par Diana Mandia (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé en petite hausse après avoir limité ses pertes en séance malgré un regain d’inquiétudes sur les banques et après la publication de données mitigées sur la croissance et l’inflation en Europe. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,1% à 7.491,5 points. Le Footsie britannique a gagné 0,5% et le Dax allemand 0,77%. L’indice


La bourse de Francfort

© Thomson Reuters La bourse de Francfort

par Diana Mandia

(Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé en petite hausse après avoir limité ses pertes en séance malgré un regain d’inquiétudes sur les banques et après la publication de données mitigées sur la croissance et l’inflation en Europe.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,1% à 7.491,5 points. Le Footsie britannique a gagné 0,5% et le Dax allemand 0,77%.

L’indice EuroStoxx 50 a par contre enregistrée un baisse de 0,07%, tandis que le FTSEurofirst 300 a finit sur un gain de 0,43% et le Stoxx 600 de 0,51%.

Sur la semaine, le Stoxx 600 a perdu 0,56% et le CAC 40 1,1%, les deux mettant ainsi fin à cinq semaines consécutives dans le vert.

Les Bourses européennes seront fermées lundi pour la fête du Travail.

Le secteur bancaire européen a connu vendredi un regain de tensions après les résultats de la banque britannique NatWest, qui a fait état d’une baisse de 22,7 milliards d’euros de ses dépôts au premier trimestre alors que la concurrence pour l’épargne se intensifie dans un contexte de hausse des taux d’intérêt.

Les dépôts bancaires font l’objet d’une attention accrue depuis la faillite en mars de la Silicon Valley Bank (SVB), dont l’effondrement rapide a suscité des inquiétudes concernant la santé du secteur bancaire mondial.

La journé a en outre été marquée par la publication des chiffres du PIB de plusieurs pays européens. Ceux de la montrent que l’économie du bloc a à peine progressé au premier trimestre et que l’inflation est restée élevée, ce qui renforce les attentes selon lesquelles la Banque centrale européenne (BCE) poursuivra son resserrement monétaire à l’issue de sa réunion du 4 mai.

Sur le front de l’inflation, la hausse des prix à la consommation harmonisés a ralenti plus que prévu en Allemagne en avril, au plus bas depuis le début de la guerre en Ukraine, tandis que les prix progressé sur un an en France et en Espagne, du fait notamment de la réduction ou de l’arrêt des aides financières sur les tarifs énergétiques.

VALEURS

Les banques, lanterne rouge de l’indice Stoxx, ont reculé de 1,45%, avec une baisse de 3,7% pour Natwest et des replis marqués pour les banques espagnoles et italiennes telles que Santander (-2,9%) et Unicredit (CRDI.MI> (-3,7%).

A Paris, BNP Paribas perdu 0,2%.

Dans les résultats du jour, TF1 TFFP.PA (-7,1%), et Rémy Cointreau (-11,8%), plus forte baisses du SBF 120, ont souffert après leurs publication de résultats, tandis que le suédois Electrolux a fini sur un gain de 15,5% après avoir fait état d’une perte trimestrielle moins forte que prévu.

INDICATEURS DU JOUR

La publication de la mesure d’inflation que privilégie la Fed, à savoir l’indice « core PCE », a confirmé vendredi que les pressions inflationnistes sous-jacentes restent fortes aux Etats-Unis, malgré un certain ralentissement à 4,6% de l’indice sur un an en mars, ce qui maintient la Fed sur la voie d’une augmentation des taux d’intérêt de 25 points de base la semaine prochaine.

Les résultats définitifs de l’enquête mensuelle de l’Université du Michigan ont en outre montré vendredi que le moral des ménages américains s’est amélioré en avril.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, la Bourse de New York s’est retournée à la hausse et le Dow Jones gagne 0,50%, le Standard & Poor’s 500 0,41% et Nasdaq 0,07%, les bons résultats d’Exxon et d’Intel ayant atténué l’impact des perspectives de ralentissement des activités « cloud » d’Amazon.

CHANGES

Sur le marché des changes, l’euro, touché par les chiffres de croissance de en zone euro moins élevé qu’attendu, est repassé en territoire positif et gagne 0,11 à 1,1043 dollar.

L' »indice dollar », qui mesure les variations du billet vert face à un panier de devises, progresse de 0,02%.

La Banque du Japon (BoJ), qui a laissé vendredi inchangé son objectif de taux ultra-bas, fait chuter le yen de 1,5% face au billet vert.

TAUX

Le rendement obligataires ont reculé vendredi après leur vive poussée la veille.

En zone euro, les rendements du Bund allemand à dix ans ont diminué de plus de 13 points de base à 2,32%.

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans recule 9 points de base à 3,43% et celui à deux ans, le plus sensible aux taux, perd 5 points de base à 4,039%, notamment après la publication des données de l’inflation aux Etats-Unis.

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont progressé vendredi tout en se dirigeant vers un deuxième repli hebdomadaire alors que les données décevantes sur l’économie américaine et les incertitudes sur le resserrement monétaire des banques centrales pèsent sur les perspectives de demande.

Le Brent LCOc1 recule de 1,38% à 79,45 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) CLc1 de 2,15% à 76,37 dollars.

(Rédigé par Diana Mandiá)

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.