Reconnaissance faciale : le Royaume-Uni est divisé devant son essor

Reconnaissance faciale : le Royaume Uni est divisé devant son essor
Reconnaissance faciale : le Royaume Uni est divisé devant son essor

Deux caméras de surveillance d’extérieur
Le Royaume-Uni fait partie des pays qui utilisent la surveillance vidéo des lieux publics de manière importante malgré une faible législation sur le sujet – Photography Pixinoo/ Getty Images©

Au Royaume-Uni, la prolifération de la reconnaissance faciale est au cœur des préoccupations croissantes. Soulevant des inquiétudes et des accusations de dérive orwellienne vers une surveillance de masse. Son efficacité a poussé à envisager son déploiement étendu, malgré les appels à la prudence.

Reconnaissance faciale : un outil efficace pour la surveillance à grande échelle

Une caméra-test de reconnaissance faciale déployée près de la gare de Croydon en décembre a permis grâce à l’intelligence artificielle de procéder à l’interpellation de dix suspects. Impliquées dans des affaires telles que des menaces de mort, la fraude bancaire, le vol, ou la détention d’une arbalète, ces personnes ont été appréhendées grâce à cette technologie. La reconnaissance faciale a été utilisée lors d’événements notables, tels que le Grand Prix de Grande-Bretagne de F1 et le couronnement de Charles III en mai, considéré comme une « haute priorité » par le secrétaire d’État à la police, Chris Philp, en raison de son « haut potentiel ».

Une expansion qui pourrait porter atteinte à l’éthique et la sécurité individuelle

Cependant, l’utilisation de la reconnaissance faciale a suscité l’indignation de certains députés au Royaume-Uni qui craignent des abus potentiels et appellent à des mesures régulatrices. Ils soulignent le traitement en masse de données biométriques sensibles, mettant en garde contre un risque sérieux pour les droits du public. Des députés ont rapporté plus de 65 interventions policières infondées, dont celle d’un collégien de 14 ans en uniforme, interpellé avec la reconnaissance faciale et soumis à un relevé d’empreintes avant d’être libéré. Les critiques soulignent également les risques associés à l’utilisation de la reconnaissance faciale dans des espaces privés, craignant que cela puisse dissuader certains d’effectuer des achats essentiels ou conduire à des interventions intrusives de la part des autorités de sécurité. Les partisans de la reconnaissance faciale affirment qu’elle a contribué à réduire les vols et la violence envers le personnel.

Une technologie d’observation qui nécessite une supervision juridique

Cependant, les défenseurs des droits civils, dont Mark Johnson de Big Brother Watch, considèrent l’expansion de la reconnaissance faciale comme un outil de surveillance de masse orwellienne, transformant les citoyens en « cartes d’identité ambulantes ». Les opposants craignent un pouvoir incontrôlé accordé à la police, notamment en matière d’interpellations lors de manifestations. Les préoccupations autour de la reconnaissance faciale se concentrent aussi sur le manque de transparence dans la constitution des listes de surveillance. En effet, elles peuvent inclure des manifestants et des personnes souffrant de problèmes psychologiques sans être suspectés d’infractions. Certains estiment que la reconnaissance faciale nécessite une supervision juridique et technique pour garantir une utilisation responsable et éthique, exprimant des inquiétudes quant aux ressources et capacités actuelles de la police pour le faire.

Les autorités affirment respecter le droit privé au Royaume-Uni

Les forces de l’ordre assurent que les données des individus non répertoriés sur une liste de surveillance sont immédiatement et automatiquement supprimées. Le ministère de l’Intérieur insiste sur la stricte réglementation actuelle encadrant l’utilisation de cette technologie de reconnaissance faciale. Malgré cela, les opposants britanniques demandent explicitement l’interdiction de la reconnaissance faciale, soulignant qu’elle n’a jamais reçu de droit d’approbation explicite du Parlement et qu’elle constitue un « outil de surveillance massive » inapproprié pour le Royaume-Uni.

Avec ETX/DailyUp

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.