Violences en RD Congo : Panique à Goma face à l’avancée des rebelles du M23

Violences en RD Congo : Panique à Goma face à l'avancée des rebelles du M23
Violences en RD Congo : Panique à Goma face à l'avancée des rebelles du M23
  • Par Samba Cyuzuzo et Mayeni Jones
  • BBC Grands Lacs et BBC News

12 février 2024

Une famille fuit les combats à l'arrière d'une moto

Crédit photo, EPA

Légende image,

La population de Goma a augmenté ces derniers jours, les gens arrivant à pied ou à moto pour fuir l’avancée des rebelles.

Emile Bolingo ne sait pas combien de temps lui et les autres habitants de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, pourront tenir.

Cette grande ville de la région, qui compte environ deux millions d’habitants, est coupée depuis plusieurs jours des fermes qui la nourrissent.

Il s’agit du dernier épisode en date d’une résurgence des combats qui a vu des dizaines de milliers de personnes s’ajouter aux quelque sept millions de personnes qui ont été contraintes de quitter leur foyer dans le pays en raison de multiples conflits.

A lire aussi sur BBC Afrique :

Les rebelles du mouvement M23, dirigé par l’ethnie tutsi, bloquent les deux routes principales menant à Goma depuis le nord et l’ouest et empêchent l’acheminement des produits.

« Nous avons peur de souffrir de la faim si l’armée congolaise ne libère pas rapidement l’une des routes principales. On peut sentir la panique ici… les gens ont très peur », a déclaré M. Bolingo à la BBC.

La population de Goma a augmenté ces derniers jours, les gens fuyant l’avancée des combattants.

Mundeke Kandundao est allongé sur un lit d'hôpital, torse nu, en train de regarder son téléphone portable.

Crédit photo, Glody Murhabazi

Légende image,

Mundeke Kandundao, conducteur de moto-taxi, vient de subir une intervention chirurgicale après l’explosion d’une bombe.

Sake, une ville située à 25 km au nord-ouest de Goma, a été attaquée mercredi.

« J’ai été blessé au pelvis par des éclats d’obus », a déclaré Mundeke Kandundao à la BBC depuis son lit d’hôpital à Goma, où il a été opéré.

Ce chauffeur de moto-taxi de 25 ans a déclaré qu’un obus avait été lancé par les rebelles depuis une colline surplombant la ville mercredi.

« Je me trouvais derrière une cabane et il y avait beaucoup d’autres personnes, et c’est là que l’obus a explosé », a-t-il déclaré.

« Nous avons peur parce que vous savez que la guerre continue, elle n’a pas de sens. Nous attendons de voir si elle se termine pour pouvoir rentrer chez nous ».

Lire aussi :

Laurent Cresci, du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a déclaré à la BBC depuis l’hôpital public Bethsaida de Goma que le nombre de patients avait explosé mercredi : « Il s’agissait vraiment d’une catastrophe de masse. Nous avions 80 patients dans notre service, et maintenant nous en avons 130, c’est vraiment difficile à gérer ».

Pour de nombreuses personnes, il s’agit d’un tragique cas de déjà-vu.

« Combien de temps allons-nous vivre ainsi ? De temps en temps, nous continuons à fuir », a déclaré Pascal Bashali à la BBC après son arrivée à Goma. Les gens affluent à pied, en moto et en mini-bus.

Aline Ombeni s’est dite désemparée à son arrivée dans la ville : « Nous avons fui les mains vides, comme vous nous voyez, sans nourriture, sans vêtements, nous avons besoin d’aide pour nous abriter et nous nourrir.

Des combattants armés du M23 sont assis à l'arrière d'un pick-up.

Crédit photo, AFP

Légende image,

Les combattants du M23 sont bien équipés, mais le groupe nie être un mandataire du Rwanda.

Alors que le conflit se rapproche, il rappelle les souvenirs de 2012, lorsque les rebelles ont occupé la ville lacustre pendant 10 jours avant de l’abandonner suite à la pression internationale.

Le M23, issu d’un autre groupe rebelle, a commencé à opérer en 2012, prétendument pour protéger la population tutsie dans l’est de la République démocratique du Congo, qui se plaignait depuis longtemps de persécutions et de discriminations.

Des experts de l’ONU ont déclaré que le groupe était soutenu par le Rwanda voisin, qui est également dirigé par des Tutsis, ce que Kigali a toujours nié.

« Nous savons tous que la raison de cette guerre est économique. Le Rwanda continue… depuis 25 ans… à piller nos ressources minérales », a déclaré à la BBC le ministre congolais de la communication, Patrick Muyaya, qui a exhorté le Royaume-Uni à user de son influence auprès du Rwanda pour apaiser la situation.

Lire aussi :

On craint à présent que le M23 – de loin la plus organisée, la plus disciplinée et la mieux équipée des nombreuses milices de la région – ne s’empare à nouveau de Goma.

Le président congolais Félix Tshisekedi, récemment réélu, a déclaré l’année dernière que « les Congolais doivent apprendre à nous faire confiance, Goma ne tombera jamais ».

Il a réitéré cette promesse, dans la ville même, lors de la campagne électorale de décembre.

À proximité des principales villes minières qui fournissent des métaux et des minéraux très demandés tels que l’or, l’étain et le coltan, Goma est devenue un centre économique vital.

Son réseau routier et aérien, ainsi que la présence d’une importante base de maintien de la paix des Nations unies, ont attiré un grand nombre d’entreprises, d’organisations internationales et de consulats diplomatiques.

Goma est donc une cible stratégique précieuse, mais le M23 affirme ne pas vouloir s’en emparer et maintient qu’il est sur la défensive et non sur l’offensive.

Une carte pour mieux comprendre l'avancée des rebelles du M23
Légende image,

Une carte pour mieux comprendre l’avancée des rebelles du M23

« Si vous voyez la puissance militaire du M23, ils pourraient prendre Goma s’ils le voulaient, mais cela pourrait leur apporter de nombreux problèmes », a déclaré Onesphore Sematumba, un analyste de la RD Congo au sein du groupe de réflexion International Crisis Group.

Il se peut que les rebelles ne fassent que démontrer leurs capacités et qu’ils se souviennent de 2012 et de l’opprobre internationale qui avait suivi la prise de Goma.

Dans la foulée de son retrait, elle a subi une série de lourdes défaites face à l’armée congolaise soutenue par une force multinationale qui l’a expulsée du pays. Les combattants du M23 ont alors accepté d’être réintégrés dans l’armée en échange de promesses de protection des Tutsis.

Mais en 2021, le groupe a repris les armes, estimant que les promesses n’avaient pas été tenues.

Il a émergé des forêts montagneuses à la frontière entre la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda et s’est rapproché de Goma en prenant des pans entiers de territoire.

Des cessez-le-feu ont été conclus, mais ils ont tous été rompus, le gouvernement et le M23 se rejetant mutuellement la responsabilité.

Le M23 a déclaré à plusieurs reprises qu’il souhaitait toujours des négociations de paix avec Kinshasa.

« Nous avons demandé le dialogue pour résoudre ce problème pacifiquement », a déclaré le porte-parole du M23, Lawrence Kanyuka, à la BBC.

« De nombreux cycles de guerre… ne résolvent pas les causes profondes du conflit. Le gouvernement congolais lui-même ne veut pas cela, il veut continuer la guerre, et tuer les gens encore plus ».

Le président Tshisekedi a déclaré que les pourparlers étaient « hors de question ».

« Une chose doit être claire : en tant que gouvernement, nous ne négocierons jamais avec le M23. Le M23 n’existe pas. C’est le Rwanda qui agit avec sa marionnette », a déclaré son ministre de la communication à la BBC.

Image de tentes dans un grand camp près de Sake pour les personnes qui ont fui leurs villages.

Crédit photo, Reuters

Légende image,

Des centaines de milliers de personnes ont déjà fui leurs villages pour vivre dans des camps de fortune ; d’autres se déplacent à nouveau.

L’année dernière, une force est-africaine, qui se trouvait en République démocratique du Congo pour aider à protéger les civils et à sécuriser les zones dont les groupes armés s’étaient retirés, a quitté le pays à la demande du gouvernement.

Son départ en décembre a été suivi de la fin du dernier cessez-le-feu et du récent regain d’activité du M23.

Le président Tshisekedi espère qu’une force d’Afrique australe récemment arrivée à sa place aura plus de succès car elle a pour mandat d’attaquer les groupes rebelles.

Il a également demandé à l’importante force de l’ONU dans le pays, connue sous le nom de Monusco, de partir. Cette force est devenue de plus en plus impopulaire parce qu’elle n’a pas réussi à mettre fin au conflit au cours de ses 25 années de déploiement.

Mais certains craignent que le conflit ne s’aggrave encore après que le président congolais a menacé, en décembre, de déclarer la guerre au Rwanda si les rebelles attaquaient à nouveau.

Dans une réponse apparente à ces remarques, le président rwandais Paul Kagame a déclaré en janvier qu’en défendant son pays, « nous nous battrons comme des gens qui n’ont rien à perdre ».

Natàlia Torrent, de l’organisation caritative Médecins sans frontières (MSF), a prévenu que l’intensification des combats dans « différentes zones et sur différents fronts » depuis la mi-janvier a un effet dévastateur sur une population déjà vulnérable.

« Nous sommes dans une région qui a déjà été sujette à la propagation de différentes épidémies. Nous avons déjà travaillé l’année dernière sur le choléra ou la rougeole et nous craignons… [d’une nouvelle vague d’épidémies », a-t-elle déclaré à la BBC.

Réfléchissant aux combats, M. Bolingo, un habitant de Goma, a ajouté : « C’est nous qui souffrons ».

M. Bashali, qui a fui Sake avec sa femme et ses neuf enfants, est d’accord : « Les hommes meurent, les enfants meurent, les femmes meurent, ceux qui se battent meurent, pourquoi ? Nous prions pour que notre pays retrouve la paix ».

voirenimages.net vous produit ce texte qui aborde le thème «  ». Le but de voirenimages.net étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet «  », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet «  ». Alors, consultez régulièrement notre blog.